Aller au contenu

Da Yie (Bonne nuit)

De Anthony NTI – Ghana/Belgique – 2019 – 21 min – fiction – couleur – VOSTF

Scénario : Anthony Nti, Chingiz Karibekov – Montage :Frederik Vandewalle– Image : Pieter-Jan Claessens – Son : Vincent Struelens – Musique :Maxim Helincks, Milco Geryl -Interprétation : Prince Agortey, Matilda Enchill, Goua Grovogui -Production : Dimitri Verbeeck (Caviar Film), Chingiz Karibekov (Rondini), Anthony Nti (Rondini) – Distribution :Dimitri Verbeeck (Caviar Film) – Contact : anthony.nti551@gmail.com / festival@salaudmorisset.com

Grand prix de la compétition internationale au festival de courts métrages Clermont-Ferrand 2020

Synopsis 

Au Ghana, un étranger est chargé par son gang de recruter des enfants pour une mission dangereuse qui doit avoir lieu le soir même. Après avoir déniché Prince et Matilda, deux gamins adorables, il projette de les livrer au gang. Mais après une journée passée avec eux, il est envahi par le doute.

 Le spectateur est sollicité dès le départ, davantage conscient que les enfants des dangers qu’ils peuvent courir, mais sans trop savoir lesquels. Le gangster est sympathique et avenant, si bien que plus le récit avance, plus la tension monte, sa sollicitude étant de plus en plus suspecte, sans qu’on sache pourquoi. Le spectateur est mobilisé, tous les sens ouverts pour ne rien rater de la suite. C’est la différence du suspens avec la surprise, comme le disait Hitchcock : le spectateur craint sur la durée ce qui peut arriver plutôt que la chose n’arrive d’un coup, provoquant un choc. Parfaitement crédible grâce à une esthétique et un jeu d’acteurs maîtrisés, cette plongée marque, d’autant que la fin du film ne joue aucunement le pathos et est d’une grande beauté.
La subtilité de Da Yie est d’alerter sur les dangers encourus par les enfants sans pour autant tomber dans le drame ou le glauque.” Olivier Barlet

 

Le réalisateur

Anthony Nti est un réalisateur et écrivain belge d’origine ghanéenne. Après avoir fréquenté l’Institut royal du théâtre, du cinéma et du son de Bruxelles (2014), il a réalisé de nombreuses publicités, vidéoclips et courts métrages et a reçu de nombreuses récompenses avant sa consécration à Clermont-Ferrand avec Da Yie.
Ses deux premiers courts métrages, Kwaku (Clermont-Ferrand, 2013) et Only Us, ont remporté sept prix à eux deux, le 3ème, BOI (Fight), deux prix à Louvain et deux à Gand en 2016. Son premier long métrage Postcard a remporté le deuxième prix au Sam Spiegel Film Lab.