Aller au contenu

Afrique sur Bièvre à Besançon pour Lumières d’Afrique 2019

Un membre de notre équipe a pu participer pendant trois jours (11,12 et 13 novembre2019) à « Lumières d’Afrique » qui en était à sa 19e édition à Besançon, ville natale des frères Lumière.

Ce festival, qui s’est déroulé du 9 au 17 novembre, proposait une programmation très riche avec 63 séances de cinéma : 32 longs métrages de fiction dont 10 en compétition et 5 films de patrimoine, 15 courts métrages de fiction dont 6 en compétition, 23 documentaires dont 10 longs et 5 courts en compétition. La plupart des films sont récents, souvent inédits, et ils offrent de nombreuses occasions de découvertes, précieuses pour l’exploration de la création cinématographique africaine. 24 pays étaient représentés.

Les projections avaient lieu dans deux cinémas du centre-ville mais principalement au petit Kursaal, une grande salle confortable et idéalement située, lieu de manifestations culturelles bien connu des Bisontins, à l’ombre d’une statue de Victor Hugo. Elle est doublée d’un espace pour les rencontres, la restauration assurée par deux associations de la ville, un stand, le Bivouac littéraire, exposant une large sélection d’ouvrages d’auteurs africains dont 3, en résidence, ont signé leur livre récemment paru. Dans une salle annexe, étaient exposées de très belles photographies d’amateurs réalisées par des membres d’associations œuvrant en Afrique, qui se relaient pour commenter leurs expériences et leurs œuvres et recueillir des commandes de tirages, effectués, pour un prix plus que raisonnable, par un photographe professionnel partenaire du festival. S’ajoutent à cela, le festival Afri-Mômes à destination des enfants, des expositions de professionnels ou de « trésors africains » gracieusement prêtés par leurs propriétaires collectionneurs, des concerts, des conférences en lien notamment avec le site Migrations de Bourgogne -Franche Comté, un repas africain dans les cantines scolaires etc…

Ces propositions sont élaborées grâce à plus de 40 bénévoles militants, sous la houlette très active du directeur du festival, Gérard Marion, lui-même bénévole. La ville de Besançon, les associations, les commerçants, les particuliers de la capitale franc-comtoise et du département contribuent par leur implication dans les différents domaines au succès de la manifestation organisée par l’association APACA (Association pour la promotion des arts et des cultures d’Afrique), plus riche de l’action militante de ses membres que de ses ressources financières. L’hébergement des réalisateurs, peu nombreux cette année, est notamment assuré par les habitants.

Le public, issu essentiellement des classes moyennes liées aux associations traditionnellement très actives à Besançon, se presse nombreux, et les salles sont pleines pour les films en compétition. On y retrouve aussi des Africains venus faire leurs études au Centre de Linguistique Appliquée (CLA), de réputation internationale, et dont certains ont fait souche dans la ville. L’attribution des prix par différents publics est toujours suivie avec grand intérêt même si ces prix ne sont pas dotés financièrement. Le Palmarès 2019 figure en annexe.

Pendant 10 jours, les Bisontins et leurs visiteurs, vivent joyeusement au rythme de l’Afrique dans la boucle du Doubs.

 

Lumières d’Afrique 2019 Besançon

Le Palmarès

Longs métrages de fiction                                                               

Coup de cœur du Public de Besançon : 

« Adam » de Maryam Touzani

Prix du jury jeunes :

« Adam » de Maryam Touzani (Maroc)

Mention spéciale : « Ketéke » de Peter Sedufia (Ghana)

Prix du Jury Signis :

« Adam » de Maryam Touzani (Maroc)

Courts métrages de fiction 

Prix du jury de la diaspora africaine de Besançon :

«Naabiga le prince » de Zalissa Zoungrana (Burkina Faso)

Mention spéciale : « le mil de la mort » de Jaloud Zainou Tangui (Maroc)

Documentaires Format long

Grand prix Eden pour les documentaires :

«Le loup d’or de Balole» de Chloé Aïcha Boro (Burkina Faso)

Mention spéciale  «Le fou,le génie et le sage » de Maïmouna N’Diay (Burkina Faso)

 Prix du public :

«Poisson d’or, Poisson africain » de Thomas Grand (Sénégal)

Documentaires Format court

Prix pour le documentaire court métrage  

«Chambre N 1 » de Leila N’Deye Thiam (République Centrafricaine)   

Mention spéciale pour « Zanaka, ainsi parlait Félix » de Nantenaina Lova (Madagascard)

 Prix du public : 

« Chambre N 1 » de Leila N’Deye Thiam (République Centrafricaine)

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *